dimanche 17 décembre 2017

SUR LE BALCON


Elle voit le vieux chien sur son balcon,
Depuis son poste d'observation,
Il joue ou il tourne en rond,
Puis il se couche sur de vieux chiffons,
Parfois il s'amuse avec une sandale,
Mais pour un chien c'est tout à fait banal.

Derrière le chien, près du balcon,
Se trouve un très beau garçon,
Ces yeux plus bleus que l'horizon,
Sans cesse observent Marion,
Il voudrait bien faire un signe amical,
Mais il craint qu'elle ne le prenne mal.

Tous deux sont maintenant sur le balcon,
S'observant comme deux couillons,
Si ils n'agissent pas et pour de bon,
Mon histoire va tourner en rond,
Mais le chien en brave animal,
Dans le vide lâche la sandale.

Deux éclats de rire, un geste amical,
Enfin le contact devient fatal.

Texte humoristique d'après la chanson de Goldman « la vie par procuration »

jeudi 14 décembre 2017

L'HIVER


Le paysage est blanc, immobile et sans voix,
Un manteau épais couvre les prés et les bois,
Plus un bruit, plus un son, toute vie semble éteinte,
Le vent dans les branches, nous chante une plainte.
L’hiver s’est abattu, masquant toute floraison,
La neige et le froid s’étendent jusqu’à l’horizon,
Les pierres et les arbres se dressent tel des fantômes,
Plus de chants dans les airs, sur le sol plus de chaumes.
La lune est large et pâle, elle semble se hâter,
De parcourir le ciel, s’empresse à nous quitter,
Il semble qu’elle a froid dans cet univers austère,
Son regard morne, ne reconnaît pas la terre.
Aux étranges reflets de cette clarté blafarde,
On sent la froidure comme une lance qui nous darde.
Quelle terrible nuit, pour tous les mal-logés,
Ils ne peuvent dormir, doivent rester éveillés,
Ils attendent le jour qui tarde et ne vient pas,
Sachant que s’ils s’endorment, sonnerait leur trépas.

D’après un poème de (Guy de Maupassant)

mardi 12 décembre 2017

RÊVE


Un rêve que je fais souvent,
Par lequel je me laisse emmener,
Je ne sais pas pourquoi ni comment,
Je reçois en partage des désirs cachés.

Il suffit parfois de si peu de chose,
Pour que mon esprit suive et vagabonde,
Offrant à la terre des milliers de roses,
Dans l’espoir avoué, de changer le monde.

Si j’étais un artiste, je ferais un tableau,
Et comme les idées naissent dans mon cœur,
J’y ferais tremper mes plus beaux pinceaux,
Pour sur la toile, poser mes couleurs.

Que l’on soit athée, que l’on croit en dieu,
Nul n’est besoins de faire des détours,
Pour voir l’or brillé au fond de nos yeux,
Et sentir nos cœurs, se remplir d’amour.

Claude Lepenseur mars 2013

samedi 9 décembre 2017

CONFIANCE


La confiance, c'est marcher les yeux fermés,
Et ne pas avoir peur de celui qui vous tient la main,
C'est pleurer sur l'épaule d'un ami, sans pudeur,
La confiance c'est aimer sans retenue, sans peur.
La confiance c'est accepter aussi qu'on vous aime,
Parce que vous êtes différents, on est pas tous les mêmes,
La confiance c'est savoir partager même un secret,
Sans craindre d'être trahi, tout en restant discret,
C'est croire sans exiger d'explication,
Et suivre un ami sans aucune hésitation.
La confiance, c'est aimer le cœur ouvert,
Sachant que le printemps suit toujours l'hiver,
Pouvoir marcher avec les yeux fermés,
Car c'est la lumière dans l'obscurité.

Claude Lepenseur novembre 2012

mercredi 6 décembre 2017

C'EST BON


Le matin, je m'éveille en sifflant,
Et le soir, je me couche en chantant,
La pendule prend son temps pour tourner,
Et les heures je les passe à rêver.
Profitant pleinement de cette vie,
Ces vacances dont j’avais tant envie,
Récompense de toutes ces années de labeur,
Ne plus se lever pour aller gagner son beurre.
Les belles promenades au long de la rivière,
Qui m’inspirent mes poèmes et mes vers,
Petite sieste passée sous le saule pleureur,
Mon esprit peut vagabonder en rêveur.
Pouvoir rendre une visite à ma mère,
Ou conduire mon tendre amour à la mer,
Parcourir la montagne, ses sentiers sinueux,
Enlacer un vieux chêne au tronc noueux.
La retraite est là, depuis un an j’y suis,
Ce fut le sacrifice d’une partie de ma vie,
Nouvelle vie qui s’offre sans contrainte,
Il serait mal venu de me plaindre.

Claude Lepenseur mai 2011